Journal pas très intime 2017

« Un journal intime est une entreprise de lutte contre le désordre. Sans lui, comment contenir les hoquets de l’existence ? Toute vie est une convulsion : une semaine se passe au soleil, une autre dans l’ombre, un mois dans la paix, un autre sur la crête. J’ai toujours souffert des tiraillements exercés par mes penchants contraires.Tout cela ne fait pas un destin, mais un effroyable battement, une trémulation de cauchemar.

 

Le journal est la bouée de sauvetage dans l’océan de ces errements.

 

 

On le retrouve au soir venu. On s’y tient. Chaque soir, on y revient. On lui voue sa fidélité. La seule qui vaille. La seule qui tienne. Le journal est une patrie. Grâce à lui le sismographe intérieur se calme. Les affolements du métronome vital qui explorait le spectre à grands coups paniqués se réduisent alors à une très légère oscillation. »  Sylvain Tesson