Et toi, tu aimes ce que tu fais ?

Je n'aime pas ce que je fais et en même temps je ne le fais pas. Hilarité devant l'absurdité de ce constat.

Je n'aime pas ce que je devrais faire est une phrase plus juste, même si c'est injuste d'avoir à faire des choses qu'on n'aime pas.

J'aime ce que je ne fais pas. Précisément parce que je ne le fais pas. Peut-être que l'amour est plus fort dans l'absence de tout acte ? 

 

Oh que j'aime ce que je ne fais pas ! Parce que ça me laisse le temps de faire tout ce que j'aime. Et là, c'est le véritable amour, dans l'acte.

J'aime ce que je fais. Précisément parce que je le fais.

Au commencement étaient les verbes aimer et faire, et ensuite la vie s'est déployée.