Les ballons

Tu me gonfles.

Je te gonfle.
Et si on était des ballons ? Suffisamment légers pour flotter, s'éloigner, se rapprocher, se frôler, au gré du vent et des envies qui nous traversent.
 
Tu me gonfles.
Je te gonfle.
Accepter l'air. L'air de rien. L'air de l'autre. Celui qui nous remplit et nous donne forme. Celui qui nous transporte et nous transforme. L'envol.
 
Tu me gonfles.
Je te gonfle.
La respiration et le souffle. Le bouche à bouche, la poitrine qui se gonfle, le torse qui se bombe. La fluidité de l'air. 
 
Tu me gonfles.
Je te gonfle.
L'air de l'autre qui remplit notre enveloppe. Le sang dans les tempes, le cœur qui respire. L'air nécessaire pour éviter l’asphyxie.
 
Tu me gonfles.
Je te gonfle.
Un circuit court pour se retenir à la vie. L'air qui réchauffe et qui caresse. L'étincelle dans nos vies. L'air qui nous fait matière et nous épaissit.
 
Tu me gonfles.
Je te gonfle.
Inspiration pour expier sa mélancolie. Expiration pour insuffler de l'amour à lui, rien qu'à lui. 
 
Tu me gonfles mais tu me donnes corps.
Tu me gonfles mais sans toi je suis sans vie.
Tu me gonfles mais sans toi je manque d'air. 
Tu me gonfles mais tu es ma poésie. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0