Il faudra bien t'y résoudre

 

Se rendre à l’évidence, cette destination qui n’emballe personne et à laquelle on ne peut échapper. Les billets sont offerts, le temps de transport dépend du voyageur, mais l’évidence est au bout. Première ou seconde classe, train régional ou transsibérien, un train qui ne déraille jamais, le voyage vers l’évidence transporte communément toutes nos individualités. Désespoir et souffrance en supplément de bagage, des colis suspectés qu’on reléguerait bien au transport de marchandise, dans un autre train, loin de nous, dans une autre vie. Oui mais voilà, on ne choisit pas ce dont la vie nous charge

.

 

« Il faudra bien t’y résoudre. »

 

 

Et si l’existence n’était qu’un exercice à soi-même ? Accepter sans cesse pour admettre nos limites, sinon recommencer, reproduire des schémas identiques, et alourdir le bagage. Ne pas lutter, monter dans le train, et pourquoi pas ?! choisir la grande vitesse… pour avancer plus vite et enchainer les évidences. Mais pour qui je me prends ?

 

On n’échappe jamais à soi-même. Il existe une durée incompressible pour se rendre à l’évidence. Un temps sûrement négocié âprement par des parties dont les intérêts m’échappent.

 

 

« Il faudra bien t’y résoudre. »

 

 

S’agacer. Sentir la colère qui monte. Sourde, aveugle, dévastatrice. Souffrir de son humanité. En plein cœur, la douleur qui ronge. Je ne suis pas une équation.

 

 

Une équation est, en mathématiques, une égalité contenant une ou plusieurs variables. Résoudre l'équation consiste à déterminer les valeurs que peut prendre la variable pour rendre l'égalité vraie. La variable est aussi appelée inconnue et les valeurs pour lesquelles l'égalité est vérifiée solutions.

 

 

Chercher ces variables inconnues pour être à égalité avec la vie. En quête permanente de ses propres valeurs, de solutions pour accéder à l’équilibre. Ca suppose que chaque être soit un problème à résoudre pour lui-même. Plus le temps passe, plus les variables sont nombreuses et l’équilibre est dur à trouver. Il est loin le temps où zéro plus zéro égalait la tête à Toto. Effacer et recommencer, mais changer de variables, c’est à cela qu’il faut se résoudre. Il y a des variables qui ne sont pas des ajustements. La vie se charge d’entourer en rouge ces erreurs et d’écrire en gras dans la marge « Ne retient pas ses leçons ».

 

 

« Il faudra bien t’y résoudre. »

 

 

Je suis dans un train qui avance et je cours dans le wagon en sens inverse. Mais le train est rapide et moi, je m’essouffle. J’avance de plus en plus lentement à reculons. L’évidence inexorable pour ultime destination.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0