Dis-moi comment tu meurs, je te dirai ce que tu fus

Les gens meurent, la plupart du temps ça arrive à la fin de leur vie. Les gens meurent mais tous ne décèdent pas. Les gens meurent et, selon la manière dont on l'annonce, ça raconte un peu leur vie.
Les artistes s'éteignent. Les  musiciens se taisent. Les sans-papiers avalent leur acte de naissance. Les miséreux crèvent. Les esthéticiennes y laissent leur peau. Les apaisés s'endorment. Les marionnettistes tirent le rideau. Les malades trépassent. Les sportifs claquent. Les hôtesses de l'air plient bagage. Les religieux sont rappelés. Les tête-en-l'air perdent la vie. Les lâches disparaissent. Les marcheurs passent le pas. Les carreleurs restent sur le carreau. Les râleurs rendent leur dernier soupir. Les amoureux sont ravis. Les vieux époux ferment les yeux. Les chercheurs trouvent la mort. Les aveugles ferment leurs paupières. Les amants se retirent. Les militaires sont occis. Les vendeurs du Mac Do sont emportés. Les putes cassent leur pipe. Les acteurs tirent leur révérence. Les écrivains referment leur livre. Les voyageurs périssent. Les festivaliers canent. Les écolos mangent les pissenlits par la racine. Les pollueurs payent leur dette à la nature. Les ostréiculteurs clamsent. Les plongeurs font le grand saut. Les éclairagistes passent du côté des ténèbres. Les voleurs rendent l'âme. Les archéologues se retrouvent six pieds sous terre. Les blondes rendent l'esprit. 
Je ne sais comment je vais mourir, mais je sais ce qui me tue. Le silence.
Il laisse sans voix et sans voie.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    un passant (lundi, 07 mars 2016 18:19)

    "Les amants se retirent", fallait oser...
    vous faites bien du bruit pour une silencieuse. immortelle ?