La réalité

C'est mon obsession quotidienne, définir ce qu'est la réalité. Définir la réalité quand tout m'échappe. Souvent, la réalité est une putain : "putain de réalité". Souvent la réalité a une particule noble "réalité à la con." Aujourd'hui est un grand jour, ma réalité mêle prostitution et noblesse.

 

"Putain de réalité à la con".

 

La réalité court toujours plus vite que moi. Elle me rattrape ou me précéde. Ma réalité est née dans les années 90 et possèdent des AIR Jordan. Mention non sponsorisée par une marque américaine qui a pourtant le sens du cash bien réel. La réalité ça se monnaie. C'est ce que les gens croient. Ils achètent leur réalité. Ils donnent un sens à leur labeur en se conformant aux images que la société leur envoie. L'achat, l 'achat compulsif, pour se sentir vivant, comme un pincement aux fesses, comme un coït en caisse. "Avoir" au lieu d'"être".

 

Ma réalité me saute à la gueule comme un chien excité par les odeurs des femelles en chaleur.

 

Quelqu'un m'a dit "La réalité, c'est ce qui résiste". Et c'était pas Carla Bruni.

Quelqu'un m'a dit "La réalité nait dans l'échec". Quelqu'un m'a dit "Tu n'as pas le sens des réalités". Je tourne en rond au carrefour giratoire d'une vie à laquelle je suis la seule à pouvoir donner un sens. Mais je ne repartirai pas en arrière.

 

La réalité c'est un temps. Celui de l'instant. Celui de la claque. Celui de l'impact. Celui de la sensation. Celui de la douleur. Celui de la souffrance qui s'ensuit.

 

La réalité n'existe pas dans le bonheur. Parce que même quand cela arrive, il faut qu'on nous pince pour y croire. Comme si la douleur était le seul révélateur.

 

Comment comprendre ce qui parait une évidence telle, qu'ainsi, peu d'entre nous prennent le temps de s'interroger ? Comme si la vie était un synonyme tout trouvé pour définir la réalité.

Qu'est-ce qu'elle n'est pas ? Elle n'est pas douce, elle n'est pas tendre, elle n'est pas bienveillante, elle est souvent injuste, elle est clivante, elle est obtuse, elle est butée, elle est bornée, elle est furtive, elle est éphémère et continue, elle est dégueulasse et déterminée, elle est sûre d'elle et sans état d'âme. Connasse.

 

Virtuel : qui n'est qu'en puissance; sans effet actuel.

 

La réalité est dans l'acte. Les faits sont têtus. L'absence de fait l'est tout autant.

Peut-on opposer le réel au virtuel ? A-t-on seulement le choix ? Il existe autant de réalités que d'humains, il existe autant de réalités que de rencontres, il existe autant de réalités que d'idées confrontées, il existe autant de réalités que d'instants et de lieux, et tout cela, mêlé et entre-mêlé. A vomir. S'étourdir. Déglutir. A en perdre la tête. Faire table rase. Choisir de croire en la sienne.

Les mots sont une réalité uniquement pour celui qui les prononce et qui les entend. Mieux vaut se taire, souvent.

La réalité n'existe pas. Le père Noël existe. La petite souris existe. Les dragons existent. Les fées existent. Le grand méchant loup existe. Les fantômes existent.

 

La réalité universelle n'existe pas. Ce sont nos réalités qui existent. Nos putains de réalités à la con.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    nonplu (mardi, 10 novembre 2015 18:24)

    "définir ce qu'est la réalité"
    le chat de schrödinger se posait la même question.
    je ne sais pas ce qu'il est devenu...

  • #2

    pierre (dimanche, 17 janvier 2016 17:34)

    "le réel, c'est quand on se cogne." ; hein